Découvrez le 10ème épisode de « How I met my CGP », la web série de #PrimonialSchool.

Louise est un personnage fictif qui aborde des sujets associés à l'univers de la gestion de patrimoine.
Dans ce nouvel épisode, Louise découvre la "transférabilité" des contrats d'assurance vie.

Cliquez sur la vidéo pour visionner :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner dans le choix de votre contrat d'assurance vie et votre allocation d'actifs en fonction de vos objectifs et de votre profil.

Source : https://www.primonialschool.fr

Le montant de l'impôt 2019 sur les revenus 2018 est calculé sur la base de 5 tranches correspondant à des taux d'imposition allant de 0 % à 45 %.

  • la tranche 1 sur laquelle s'applique un taux à 0 % correspond à la partie des revenus annuels allant jusqu'à 9 964 € ;
  • la tranche 2 (taux à 14 %) concerne la partie des revenus supérieurs à 9 964 € et allant jusqu'à 27 519 € ;
  • la tranche 3 (taux à 30 %) la partie des revenus supérieurs à 27 519 € et allant jusqu'à 73 779 € ;
  • la tranche 4 (taux à 41 %) la partie des revenus supérieurs à 73 779 € et allant jusqu'à 156 244 € ;
  • et enfin la tranche 5 (taux à 45 %) la partie des revenus supérieurs à 156 244 €.

Par exemple, pour un célibataire (une part) qui déclare 30 000 € de salaire annuel net imposable.

  • Pour la tranche 1 (0 % des revenus jusqu'à 9 964 €), il doit 0 €
  • pour la tranche 2 (14 % des revenus supérieurs à 9 964 € et allant jusqu'à 27 519 €) , il doit 2 457 €
  • et pour la tranche 3 (30 % des revenus supérieurs à 27 519 € et allant jusqu'à 30 000 €), il doit 744 €.

Le montant total de son impôt brut s'obtient en additionnant 0 € + 2 457 € + 744 €, ce qui aboutit à un total de 3 201 € (10,67 % des revenus).

Source : www.service-public.fr
Publié le 18 avril 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner en fonction de vos objectifs et de votre situation fiscale et patrimoniale.

« Cette famille s’entend bien, on voit qu’elle n’a pas encore hérité », écrivait Sacha Guitry. C’est encore plus vrai au sein des familles recomposées quand un parent se remarie. On peut toutefois préserver le droit à l’héritage de ses enfants tout en protégeant son conjoint. Les enfants ont la loi pour eux. Le code civil protège leurs droits et interdit de les déshériter, quel que soit le lit dont ils sont issus. La liberté de transmission patrimoniale d’un parent est en effet limitée : il peut faire donation ou transmettre par testament uniquement la quotité disponible, c’est à dire ce qui excède la part réservée des enfants. La suite sur cBanque.com

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner en fonction de vos objectifs et de votre situation fiscale et patrimoniale,

Source : cBanque - Michèle Meinac

Vous avez touché des loyers en 2018 ? Alors vous devez vous attaquer au casse-tête des revenus fonciers. Un casse-tête habituel : ces revenus font partie des montants qui ne sont pas pré-remplis dans la déclaration ! Seuls figurent, éventuellement, l’adresse du logement et les noms des locataires si vous les aviez déjà remplis l’an passé. Cette année le casse-tête est encore plus complexe avec le passage au prélèvement à la source. Depuis janvier et le coup d’envoi du prélèvement à la source, vous payez chaque mois (ou chaque trimestre) un acompte d’impôt sur le revenu au titre de vos revenus fonciers. Cet acompte est calculé sur la base de votre déclaration 2018 (sur les revenus 2017). La déclaration 2019 (sur les revenus 2018) va donc déterminer le montant précis à régulariser – ou non – pour l’année 2018, mais elle va aussi affiner le montant de vos futurs acomptes mensuels …
Ce qui change en 2019 pour les revenus fonciers : la suite sur cbanque.com

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner sur les règles spécifiques de cette année blanche en fonction de votre situation fiscale et patrimoniale.

Source : cBanque - Benoît Lety

Les courtiers et autres experts du secteur s’accordent à le dire : le crédit immobilier n’a jamais été aussi attractif. Surprise de ce début d’année : les taux sont repartis à la baisse et dépassent désormais les niveaux records de 2016. Sur 20 ans, la durée d’emprunt la plus courante, il est désormais possible d’emprunter en moyenne à 1,25 % ! Une situation exceptionnelle qui devrait se confirmer dans les mois à venir, avec des taux attendus sous la barre de 1 %, pour les meilleurs profils d’emprunteurs. Parallèlement, les durées d’emprunt ne cessent de s’allonger. Depuis plusieurs mois, les courtiers observent un retour des emprunts sur 25 ans… et même sur 30 ans. Là encore, une véritable aubaine pour les jeunes acheteurs aux budgets serrés… qui peuvent ainsi plus facilement accéder au crédit.

La suite sur www.capital.fr

Notre analyse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner dans le choix de vos investissements et leurs financements, en fonction de vos objectifs et de votre profil.

Source : Capital - Thomas Chemel, Guillaume Chazouilleres, Alexandre Loukil

Plus que deux ans !

Les investisseurs intéressés ont désormais jusqu’au 31 décembre 2021 pour se ruer sur le dispositif d’investissement locatif Pinel. Ce dernier, limité depuis le 1er janvier 2019 aux zones les plus tendues du pays, permet de ­bénéficier d’une baisse d’impôts de 12 %, 18 % ou 21 % après acquisition d’un logement neuf proposé à la location 6 ans, 9 ans ou 12 ans, pour un prix maximum de 300 000 euros. Encore faut-il bien choisir son emplacement. L’écrasante majorité des villes d’Ile-de-France sont, par exemple, concernées par ce dispositif. Pour autant, choisir cette option n’est pas toujours une bonne idée, notamment dans les communes des Hauts-de-Seine ou à Paris même.

La suite sur : www.lemonde.fr

Notre analyse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner dans le choix de vos placements en fonction de vos objectifs et de votre profil.

Source : Le Monde - Ludovic Clerima

Les débats parlementaires et la presse véhiculent nombre d’idées préconçues sur le dispositif d’investissement locatif Pinel. Pour éclairer le débat public, la FPI apporte des réponses.

1 - Le dispositif Pinel bénéficie-t-il à des ménages privilégiés ?

Il faut distinguer les ménages locataires et les ménages investisseurs. Les locataires des logements produits en Pinel font partie des classes moyennes : 70 % de la population a des revenus inférieurs au plafond et peut donc bénéficier d’un loyer « Pinel ». Cela permet à certains locataires de sortir du parc social pour laisser la place à d’autres. Les investisseurs en Pinel sont, en moyenne, des actifs des classes moyennes et moyennes supérieures en milieu de carrière : selon la Cour des comptes, les ¾ d’entre eux ont un revenu inférieur à 70 k€ par an. Selon le Crédit foncier, l’investisseur dans le locatif a en moyenne 45 ans, il vit en couple (72 %) et dispose d’un revenu de 71 k€. Selon une étude de la FPI sur un échantillon d’acheteurs en Ile de France, 80 % sont en couple avec enfants, 78 % sont cadres et 86 % investissent pour la première fois. Sans incitation fiscale, beaucoup de ces ménages n’investiraient pas dans l’immobilier, faute d’une rentabilité suffisante, mise à mal par la fiscalité.

La suite sur https://fpifranceprodcellar

Notre analyse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner dans le choix de vos placements en fonction de vos objectifs et de votre profil.

Source : FPI – Fédération des Promoteurs Immobiliers

Récemment, Stanislas Guerini, délégué général de La République en Marche (LREM), indiquait vouloir ouvrir une réflexion sur la fiscalité successorale. Un véritable chiffon rouge, tant l'impôt sur les transmissions est détesté des Français. Pourtant, "près de 75 % des successions ne donnent pas lieu à une taxation. En revanche, 10 % d'entre elles drainent une grosse partie des droits engrangés par l'État", nuance Nathalie Couzigou-Suhas, notaire à Paris. Il s'agit, la plupart du temps, de transmissions au sein des familles à enfant unique ou sans enfant. (…)

La suite sur votreargent.lexpress.fr

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner en fonction de vos objectifs et de votre situation fiscale et patrimoniale,.

Source : Votre Argent - Marie Pellefigue

 

La campagne de déclaration des revenus de 2018 a été lancée mardi 9 avril, à la suite d’une conférence de presse du Ministre de l’Action et des Comptes publics, lequel a annoncé l’ouverture du service de déclaration en ligne le mercredi 10 avril.

Les dates limites de déclaration en ligne varient en fonction du département de résidence du contribuable. Le calendrier est mentionné dans le tableau suivant.

Quel que soit leur revenu fiscal de référence, les contribuables dont la résidence principale est équipée d’un accès à internet doivent souscrire par voie électronique la déclaration de revenus de l’année 2018. Toutefois, les personnes qui ne sont pas en mesure de souscrire cette déclaration par internet peuvent déposer une déclaration sur papier (CGI art. 1649 quater B quinquies).


Par tolérance, selon nos informations, pour les déclarations comportant des revenus professionnels, qui sont réalisées par des tiers de confiance, le délai est reporté au 25 juin 2019 pour les déclarations IR et IFI déposées en EDI (ou en EFI).

Pour les déclarants papier, la date limite de dépôt des déclarations est fixée au jeudi 16 mai 2019 à minuit (y compris pour les résidents français à l’étranger), le cachet de La Poste faisant foi.

Les avis d’impôt sur le revenu seront disponibles entre le 24 juillet et le 7 août 2019.

Source : https://www.impots.gouv.fr/portail/actualite/declaration-des-revenus-lancement-de-la-campagne-2019

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner sur les règles spécifiques de cette année blanche en fonction de votre situation fiscale et patrimoniale.

Pour cause d’année blanche, les revenus exceptionnels de 2018 seront au cœur des déclarations cette année. Et il conviendra d’être vigilant sur ce point car, comme l’a rappelé le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, ce sera au contribuable de faire la distinction dans sa déclaration. Concrètement, cela signifie que les déclarations préremplies indiqueront comme chaque année le revenu global mais ne feront pas la ventilation entre les revenus récurrents du foyer (exonérés d’impôt) et les revenus exceptionnels (fiscalisés). (…)

La suite sur argent.boursier.com

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui saura vous accompagner sur les règles spécifiques de cette année blanche en fonction de votre situation fiscale et patrimoniale.

Source : La suite sur boursier.com
L’Argent & Vous - Olivier Decarre